Archimède de Syracuse

Archimède de Syracuse


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Archimède de Syracuse - Histoire

Archimède est connu comme l'un des trois plus grands mathématiciens de tous les temps, avec Newton et Gauss. Il était connu par beaucoup comme "le sage". D'autres l'appelaient "le maître". Cependant, il était surtout connu comme « le grand géomètre ».

Archimède a probablement obtenu son intérêt pour les mathématiques de son père, Phidias, qui était astronome. Il s'intéressait tellement à la résolution de problèmes que c'est plus ou moins devenu son passe-temps. On disait qu'il était obsédé par la résolution de problèmes, qu'il oubliait souvent de manger. Sa vraie soif était d'apprendre autant qu'il le pouvait sur les mathématiques. Cela l'a amené à être élève à l'école d'Euclide, pour approfondir ses connaissances mathématiques.

Sa fascination pour la résolution de problèmes, n'importe où ou n'importe quand, a donné lieu à des histoires intéressantes. On disait qu'il attirerait de la poussière, de la saleté ou tout ce qui était disponible. Il était également connu pour son dessin de problèmes géométriques sur son ventre avec de l'huile d'olive.

La renommée d'Archimède est venue de sa relation avec Hiero, le roi de Syracuse. Il passait le plus clair de son temps à essayer de résoudre les problèmes du roi. Sa solution la plus connue concernait la couronne d'or. Le roi Hiero craignait que le métaliste qui lui faisait une couronne d'or ne remplace une partie de l'or par un autre métal. Le roi Hiéron a demandé à Archimède de trouver un moyen de voir si la couronne était en or pur ou en une combinaison de métaux. Archimède a trouvé la solution sur la façon de le prouver alors qu'il prenait un bain. En entrant dans une baignoire pleine d'eau, il a remarqué que le poids de son corps déplaçait une certaine quantité d'eau. Sachant que ce même principe pouvait être utilisé sur la couronne, il s'oublia avec excitation. Il a sauté de la baignoire et a couru nu à travers la ville en criant "Eureka, Eureka".

Archimède a dit un jour : "Donnez-moi un levier assez long et une place pour me tenir debout, et je déplacerai la terre." Après cette déclaration, le roi Hiero lui a demandé de le prouver. Ce défi concernait un énorme navire dans le port qui ne pouvait pas être lancé par tous les hommes de Syracuse. Archimède a lancé le navire à l'aide d'un grand levier, prouvant sa déclaration.

Certaines de ses autres inventions étaient la vis d'arrosage et le planétarium miniature. Cependant, son travail théorique était sa principale vocation. Le travail avec des leviers et des poulies a contribué à rendre les choses plus faciles. La découverte du déplacement de l'eau dans la baignoire a conduit à l'hydrostatique. Il a également travaillé sur le calcul intégral et sur pi.

Le roi Hiéron est venu à Archimède pour obtenir de l'aide dans le développement d'armes pour combattre le général romain Marcellus, qui a attaqué Syracuse par terre et par mer. Pour arrêter les soldats attaquants. Archimède a inventé la catapulte. Cela a lancé des rochers de 500 livres sur les soldats qui avançaient. Pour arrêter l'invasion par mer, il inventa de grandes griffes qui ramassaient les navires de Marcellus, les soulevaient hors de l'eau et les écrasaient contre les rochers. Les navires qui n'étaient pas assez proches pour être capturés avec des griffes ont été détruits par une autre invention. Des miroirs ont été utilisés pour magnifier les rayons du soleil pour attraper les voiles des navires ennemis en feu, détruisant une grande partie de leur flotte.

Toutes ces inventions ont effrayé les Romains et ont rendu difficile la capture de Syracuse.

  1. Archimède n'était pas au courant de la prise de la ville, car il avait l'intention de travailler sur un problème en dessinant des figures dans la poussière. Alors que le soldat venait le capturer, il marcha dans la poussière où Archimède avait travaillé. Archimède a dit: "Ne dérangez pas mes cercles." Cela rendit le soldat si fou qu'il tira son épée et le tua.
  2. Un soldat trouva Archimède et lui dit de le suivre jusqu'à Marcellus. Archimède a refusé de le suivre jusqu'à ce qu'il ait terminé son problème. Cela a enragé le soldat, alors il a dégainé son épée et l'a tué.
  3. Pendant qu'Archimède travaillait, un soldat est venu l'emmener à Marcellus. Il a commencé à l'entraîner loin de son travail. Archimède a ensuite dit au Romain "Éloignez-vous de mon schéma." Alors que le soldat l'éloignait, Archimède se retourna et remarqua qu'il était romain. Il a crié, que quelqu'un me donne un de mes moteurs. » Cela a tellement effrayé le Romain qu'il a dégainé son épée et l'a tué.
  4. Lorsque le soldat est venu tuer Archimède, il a demandé au soldat d'attendre et de lui permettre de terminer le problème sur lequel il travaillait. Le soldat, insensible à la demande, était furieux de tirer son épée et de tuer Archimède.
  5. Archimède portait des instruments mathématiques, des cadrans, des sphères et des angles à Marcellus. Un soldat l'a vu et a pensé qu'il transportait de l'or dans un vaisseau. Il l'a tué pour l'or.

Une chose que toutes les histoires racontent, c'est qu'Archimède a été tué par l'un des soldats de Marcellus. Une fois enterré, Archimède avait une pierre tombale avec la figure d'une sphère inscrite dans un cylindre. Ils avaient le rapport de volume de 2: 3 entre eux, ce pour quoi il était célèbre.


Archimède de Syracuse - Histoire

Archimède était, sans aucun doute, l'un des scientifiques les plus distingués du monde et le plus grand scientifique de l'âge classique. Il était un éminent physicien, mathématicien, ingénieur, inventeur, astronome et érudit. Il appartenait à son temps, mais aussi, en avance sur son temps.

Archimède est né à Syracuse, en Sicile, la ville portuaire, en c. 287 av. À cette époque, Syracuse était une colonie de la Magna Graecia, qui était autonome. On ne sait pas grand-chose de son père, sauf qu'il était astronome et s'appelait Phidias. Dans Plutarch&rsquos Parallel Lines, Plutarque fait référence à Archimède comme étant lié au souverain de Syracuse, le roi Hiéron II. Il dit qu'Archimède a atteint une telle renommée en raison de cette relation étroite, avec le roi et son fils, Gelon. Archimède aidait Hiero à résoudre des problèmes complexes et étonnerait tout le monde, avec ses prouesses.

Il passa toute sa vie à Syracuse, à l'exception d'une brève période au cours de sa jeunesse lorsqu'il partit étudier à Alexandrie, en Égypte, à l'école créée par le célèbre mathématicien grec Euclide.

Archimède a plusieurs découvertes mathématiques et autres inventions à son actif. Il a devancé le calcul et l'analyse modernes par l'application de concepts, tels que la méthode de l'épuisement et des infinitésimaux. Grâce à ces concepts, il a également travaillé à la dérivation et à la démonstration d'une gamme de théorèmes géométriques, tels que la surface et le volume d'une sphère, l'aire d'un cercle et l'aire sous une parabole. En outre, il est crédité de l'approximation précise de pi, de la création d'un système utilisant l'exponentiation pour exprimer de grands nombres et de l'étude de la spirale, qui porte son nom. Il est également connu pour avoir conçu des machines de pointe, notamment des poulies composées, des machines de guerre défensives, pour aider Hiero à protéger Syracuse des invasions et des pompes à vis.

Même si Archimède est considéré comme l'un des scientifiques les plus distingués de l'Antiquité classique, on ne sait pas grand-chose de ses écrits sur le même sujet. Les mathématiciens d'Alexandrie lisaient et citaient Archimède et ce n'est que vers c. 530 avant JC que la première compilation détaillée a été faite par Isidore de Milet à Constantinople byzantin. Les commentaires sur le travail d'Archimède ont été compilés et écrits par Eutocius au 6ème siècle après JC.

Les œuvres et les inventions d'Archimède ont été une source d'influence et d'inspiration pour les scientifiques pendant la période de la Renaissance.

Archimède est mort pendant la 2e guerre punique en c. 212 avant JC lorsque les forces romaines ont capturé Syracuse, après un siège de 2 ans. Il a été tué par un soldat romain, Furious, malgré les ordres du général Marcus Claudius Marcellus de ne pas nuire à Archimède. Le soldat avait ordonné la présence d'Archimède, mais son ordre n'a pas été obéi par le scientifique car il était occupé à contempler un schéma mathématique. Il existe un autre récit moins connu de sa mort donné par Plutarque, selon lequel Archimède est mort en essayant de se rendre au soldat romain. Le soldat l'a tué en pensant que les instruments mathématiques qu'il portait étaient quelque chose de grande valeur.

&lsquoNe dérangez pas mes cercles&rsquo sont les derniers mots crédités au grand scientifique. C'était une référence aux cercles mathématiques qu'il dessinait, lorsqu'il était dérangé par les soldats romains. Tout comme ses derniers mots, sa tombe représente son célèbre diagramme d'une sphère dans un cylindre du même diamètre et de la même hauteur. Il a prouvé que la surface et le volume d'une sphère sont les 2/3 d'un cylindre, qui comprenait sa base.

137 ans après la mort d'Archimède Cicéron, l'orateur romain trouva sa tombe dans un état de délabrement proche de la date agrigentine à Syracuse. Cicéron était questeur en Sicile, à cette époque, et avait entendu parler de tous les travaux et découvertes d'Archimède, mais les habitants ne lui avaient pas fourni l'emplacement exact de la tombe. Lors de la découverte de la tombe, il la nettoya et vit que sa tombe se composait de vers sculptés.

Au début des années 1960, une autre tombe a été découverte à Syracuse Hotel Panorama, qui aurait été celle d'Archimède. Bien qu'il n'y ait aucune preuve pour prouver que la tombe était d'Archimède et son emplacement est aujourd'hui inconnu.

Découvertes et inventions d'Archimède

Un certain nombre de découvertes et d'inventions sont attribuées au nom d'Archimède. Certaines de ses percées sont décrites ci-dessous :

Principe d'Archimède et couronne de l'énigme du roi Hiero II

L'œuvre la plus célèbre d'Archimède est l'invention de la mesure du volume d'un objet de forme irrégulière. Il y a une histoire derrière cette invention. Le roi de Syracuse, le roi Hiéron II, avait convoqué Archimède pour vérifier si sa couronne votive était en or pur ou si l'orfèvre l'avait trompé en y substituant de l'argent. Le hic ici était qu'Archimède devait résoudre le problème, sans causer de dommages ou de dommages à la couronne. Cela signifiait qu'il ne pouvait pas faire fondre la couronne pour calculer sa densité. Un jour, alors qu'il prenait un bain, il remarqua que le niveau d'eau dans la baignoire montait et débordait au fur et à mesure qu'il s'y plongeait. C'est à ce moment qu'il réalisa qu'il pouvait utiliser ce même effet pour mesurer la densité de la couronne. Il était tellement excité qu'il est immédiatement sorti de la baignoire et a couru nu dans les rues de Grèce en criant &lsquoEureka ! Eurêka!&rsquo, ce qui signifie &lsquo je l'ai trouvé&rsquo. Archimède a trouvé la solution aux problèmes de King et savait qu'il devait trouver la densité de la couronne et la faire correspondre, avec la densité de l'or pur comme Densité = Masse/Volume. Il a mené le test avec succès et il a été constaté que l'orfèvre avait en effet trompé le roi en mélangeant de l'argent dans la couronne.

Cette découverte est connue sous le nom de principe d'Archimède ou loi de la flottabilité et est décrite en détail dans son traité Sur les corps flottants. Selon le principe, lorsqu'un corps est immergé dans un fluide, il subit une force de poussée, qui est égale au fluide qu'il déplace. La Journée Internationale du Bain, célébrée le 14 juin, est à l'origine née de cette découverte de la baignoire d'Archimède. Il s'est rendu compte que le volume d'un objet peut être déterminé avec précision en le plongeant dans l'eau et depuis lors, le jour du bain favorise traditionnellement la valeur des découvertes à l'heure du bain.

En ce jour, observé par les enfants comme par les adultes, il est recommandé de rendre l'heure du bain intéressante en apprenant à couler, flotter, volume et des concepts de base similaires de la physique.

Réalisations en Ingénierie - Vis d'Archimède&rsquo

Les inventions et les travaux d'ingénierie d'Archimède sont principalement nés de la satisfaction des besoins de Syracuse. Athénacée de Naucratis, l'écrivain grec, décrit un incident sur la façon dont Archimède a été chargé de concevoir un navire par le roi Hiéron II, appelé le Syracusia. Le navire était censé servir à trois fins, simultanément - pour le transport de fournitures, comme moyen de voyage de luxe et comme navire de guerre naval. Le Syracusia, d'une capacité de 600 personnes, avec un gymnase, des décorations de jardin et un temple pour la déesse Aphrodite, est devenu le plus grand navire construit dans l'antiquité classique.

Comme un navire d'une taille aussi énorme laissera couler beaucoup d'eau à travers la coque, la vis d'Archimède a été développée pour expulser l'eau de cale. Cet appareil d'Archimède comportait un cylindre, avec une lame tournante en forme de vis à l'intérieur. La machine devait être tournée à la main et pouvait également être utilisée pour transférer de l'eau dans les canaux d'irrigation à partir de plans d'eau de faible altitude.

Vitruve avait décrit la vis d'Archimède à l'époque romaine comme une version améliorée de la pompe à vis utilisée pour arroser les jardins suspendus de Babylone. Fait intéressant, la vis d'Archimède est encore utilisée aujourd'hui pour pomper des solides granulés, ainsi que des liquides comme les céréales et le charbon. En 1839, le SS Archimedes, un bateau à vapeur de haute mer, avec une hélice, a été lancé et nommé en l'honneur d'Archimède et de son excellente découverte de l'hélice.

La Griffe d'Archimède et la Défense de Syracuse

Afin de protéger la ville de Syracuse des attaques, la griffe d'Archimède a été inventée. La griffe d'Archimède était largement connue sous le nom de shaker de navire et était conçue comme le bras d'une grue. La griffe équilibrait un grand crochet métallique suspendu. Lorsque l'arme était larguée sur les navires attaquants, son bras se balançait vers le haut et soulevait le navire hors de l'eau et pouvait même le couler.

Un certain nombre d'expériences modernes ont été menées pour découvrir la faisabilité de la griffe d'Archimède. En 2015, Superweapons of the Ancient World, un documentaire télévisé, a construit une version de l'arme et est arrivé à la conclusion que l'appareil fonctionne réellement.

Lucian, l'auteur du 2ème siècle après JC, a écrit qu'Archimède avait détruit des navires attaquant Syracuse, par le feu. On dit qu'il a peut-être utilisé un certain nombre de miroirs pour brûler les navires ennemis, qui ont collectivement agi comme réflecteur parabolique. Quelques centaines d'années plus tard, les verres ardents ont été mentionnés comme arme d'Archimède par Anthemius de Tralles.

Le rayon de chaleur d'Archimède était un dispositif qui concentrait la lumière du soleil sur les navires ennemis qui approchaient, ce qui leur faisait prendre feu. L'héliostat ou four solaire est un dispositif similaire à celui du rayon de chaleur qui a été construit ces derniers temps.

Depuis la Renaissance, l'arme d'Archimède est un sujet majeur de débat. Des doutes et des questions ont été soulevés quant à sa crédibilité. Alors que les recherches contemporaines ont tenté de recréer le dispositif en utilisant uniquement les moyens qui auraient été à la disposition d'Archimède, René Descartes l'a catégoriquement rejeté comme faux. Il a été avancé qu'un assortiment de boucliers en cuivre ou en bronze très brillants en tant que miroirs peut avoir été utilisé pour faire pivoter la lumière du soleil sur un navire.

En 1973, Ioannis Sakkas, un scientifique grec, a effectué une série de tests sur le rayon de chaleur par Archimède à Skaramagas, une base navale située à l'extérieur d'Athènes. 70 miroirs mesurant 5 par 3 pieds ont été utilisés pour l'expérience et chacun d'eux était recouvert d'un revêtement en cuivre. Tous les miroirs étaient dirigés vers une réplique d'un navire de guerre romain en contreplaqué, qui se trouvait à une distance de 50 m (160 pieds). Grâce à la mise au point précise des miroirs, le navire a pris feu, en quelques secondes. La combustion peut avoir été accélérée en raison de la présence d'un revêtement de peinture au goudron sur la maquette du navire. Les navires, recouverts de goudron, étaient courants à l'époque classique.

Une autre expérience pour vérifier la crédibilité du rayon de chaleur a été réalisée par les étudiants du Massachusetts Institute of Technology en octobre 2005. L'expérience a été réalisée à l'aide d'un miroir carré de 30 cm (127 pieds). Les tuiles ont été pointées vers un prototype de navire situé à une distance de 30 m (100 pieds). Ici, le navire n'a pas pris feu, mais une tache sur le navire a pris feu. De plus, le navire n'a pris feu qu'après avoir été immobile pendant environ 10 minutes et que le ciel était dégagé. Cette expérience a conclu que le dispositif était utilisable, mais seulement dans les conditions mentionnées ci-dessus. La même expérience a été répétée par les étudiants du MIT pour MythBusters, une émission de télévision. Ici, ils ont utilisé un bateau de pêche en bois à San Francisco. Encore une fois, il y avait une certaine quantité de carbonisation et de flammes, mais le navire n'a pas été incendié. Pour que le bois s'enflamme, il doit atteindre une certaine température d'auto-inflammation, qui est d'environ 570° F (300° C).

Lorsque le résultat de l'expérience à San Francisco a été diffusé par MythBusters en janvier 2006, il a été classé dans la catégorie des échecs. Cela est dû aux exigences de combustion des conditions météorologiques parfaites et à la durée. Il a en outre été souligné que le rayon de chaleur n'aurait fonctionné que si la flotte romaine avait attaqué pendant la matinée, lorsque les exigences optimales de lumière et de ciel clair étaient remplies car Syracuse était située face à la mer vers l'est. De plus, MythBusters a ajouté que dans de telles circonstances, il aurait été beaucoup plus facile et pratique d'utiliser des boulons ou des flèches enflammées d'une catapulte pour mettre le feu aux navires qui se trouvaient à une distance plus courte.

L'histoire des rayons de chaleur a de nouveau été examinée dans une édition notable, le « Défi du président » par MythBusters en décembre 2010. De nombreuses expériences ont été menées, notamment un test approfondi réalisé par 500 écoliers tenant des miroirs concentrés sur un prototype de navire romain situé à une distance de 120 m (400 pieds). Toutes les expériences ont échoué car la voile n'a pas atteint la température requise de 410 °F (210 °C). Par conséquent, le rayon de chaleur a de nouveau été prétendu être « explosé » ou défaillant.

L'émission télévisée a conclu que les effets plausibles des miroirs auraient pu être éblouissants, distrayants ou aveuglants pour l'équipage du navire.


Contenu

Archimède est né c. 287 avant JC dans la ville portuaire de Syracuse, en Sicile, à l'époque une colonie autonome en Magna Graecia. La date de naissance est basée sur une déclaration de l'historien grec byzantin John Tzetzes selon laquelle Archimède a vécu 75 ans avant sa mort en 212 av. [17] Dans le Sable-Compteur, Archimède donne à son père le nom de Phidias, un astronome dont on ne sait rien d'autre. [25] Une biographie d'Archimède a été écrite par son ami Heracleides, mais ce travail a été perdu, laissant les détails de sa vie obscurs. On ne sait pas, par exemple, s'il s'est déjà marié ou a eu des enfants, ou s'il a déjà visité Alexandrie, en Égypte, pendant sa jeunesse. [26] De ses travaux écrits survivants, il est clair qu'il a maintenu des relations collégiales avec des savants basés là, en incluant son ami Conon de Samos et le bibliothécaire principal Eratosthenes de Cyrene. [une]

Les versions standard de la vie d'Archimède ont été écrites longtemps après sa mort par des historiens grecs et romains. La première référence à Archimède se trouve dans Les histoires par Polybe (c. 200 - 118 av. J.-C.), écrit environ soixante-dix ans après sa mort. Il jette peu de lumière sur Archimède en tant que personne et se concentre sur les machines de guerre qu'il aurait construites pour défendre la ville contre les Romains. [27] Polybe remarque comment, pendant la Seconde Guerre punique, Syracuse a changé d'allégeance de Rome à Carthage, ce qui a entraîné une campagne militaire pour prendre la ville sous le commandement de Marcus Claudius Marcellus et Appius Claudius Pulcher, qui a duré de 213 à 212 av. Il note que les Romains ont sous-estimé les défenses de Syracuse et mentionne plusieurs machines conçues par Archimède, notamment des catapultes améliorées, des machines ressemblant à des grues qui pourraient se balancer en arc de cercle et des lanceurs de pierres. Bien que les Romains aient finalement capturé la ville, ils ont subi des pertes considérables en raison de l'inventivité d'Archimède. [28]

Cicéron (106-43 av. J.-C.) mentionne Archimède dans certaines de ses œuvres. Alors qu'il était questeur en Sicile, Cicéron a trouvé ce qui était présumé être la tombe d'Archimède près de la porte Agrigentine à Syracuse, dans un état négligé et envahi par les buissons. Cicéron a fait nettoyer la tombe et a pu voir la sculpture et lire certains des versets qui avaient été ajoutés comme inscription. La tombe portait une sculpture illustrant la preuve mathématique préférée d'Archimède, que le volume et la surface de la sphère sont les deux tiers de ceux du cylindre, y compris ses bases. [29] [30] Il mentionne aussi que Marcellus a apporté à Rome deux planétariums construits par Archimède. [31] L'historien romain Tite-Live (59 avant JC-17 après JC) raconte l'histoire de Polybe concernant la capture de Syracuse et le rôle d'Archimède dans celle-ci. [27]

Plutarque (45-119 après JC) a écrit dans son Vies parallèles qu'Archimède était lié au roi Hiéron II, le souverain de Syracuse. [32] Il fournit également au moins deux récits sur la mort d'Archimède après la prise de la ville. Selon le récit le plus populaire, Archimède envisageait un diagramme mathématique lorsque la ville a été capturée. Un soldat romain lui a ordonné de venir rencontrer Marcellus, mais il a refusé, disant qu'il devait finir de travailler sur le problème. Le soldat en fut enragé et tua Archimède avec son épée. Une autre histoire raconte qu'Archimède portait des instruments mathématiques avant d'être tué parce qu'un soldat pensait qu'il s'agissait d'objets de valeur. Marcellus aurait été irrité par la mort d'Archimède, car il le considérait comme un atout scientifique précieux (il appelait Archimède « un Briarée géométrique ») et avait ordonné qu'il ne soit pas blessé. [33] [34]

Les derniers mots attribués à Archimède sont "Ne dérangez pas mes cercles" (latin, "Noli turbare circulos meos" Katharevousa grec, "μὴ μου τοὺς κύκλους τάραττε"), une référence aux cercles dans le dessin mathématique qu'il était censé étudier lorsqu'il était dérangé par le soldat romain. Il n'y a aucune preuve fiable qu'Archimède a prononcé ces mots et ils n'apparaissent pas dans le récit donné par Plutarque. Une citation similaire se trouve dans l'ouvrage de Valerius Maximus (fl. 30 après JC), qui a écrit dans Actes et paroles mémorables ". sed protecto manibus puuere 'noli' inquit, 'obsecro, istum troubleare'" (". Mais protégeant la poussière avec ses mains, dit 'Je t'en supplie, ne dérange pas ça' "). [27]

Le principe d'Archimede

L'anecdote la plus connue sur Archimède raconte comment il a inventé une méthode pour déterminer le volume d'un objet de forme irrégulière. Selon Vitruve, une couronne votive pour un temple avait été faite pour le roi Hiéron II de Syracuse, qui avait fourni l'or pur à utiliser Archimède a été invité à déterminer si de l'argent avait été remplacé par l'orfèvre malhonnête. [35] Archimède devait résoudre le problème sans endommager la couronne, il ne pouvait donc pas la fondre en un corps de forme régulière afin de calculer sa densité.

Dans le récit de Vitruve, Archimède remarqua en prenant un bain que le niveau de l'eau dans la baignoire montait au fur et à mesure qu'il entrait, et réalisa que cet effet pouvait être utilisé pour déterminer le volume de la couronne. Pour des raisons pratiques, l'eau est incompressible, [36] donc la couronne immergée déplacerait une quantité d'eau égale à son propre volume. En divisant la masse de la couronne par le volume d'eau déplacé, la densité de la couronne a pu être obtenue. Cette densité serait inférieure à celle de l'or si des métaux moins chers et moins denses avaient été ajoutés. Archimède est alors descendu dans la rue nu, tellement excité par sa découverte qu'il avait oublié de s'habiller, en criant « Eurêka ! (grec : "εὕρηκα , heúrēka!, allumé. 'Je l'ai trouvé]!'). [35] Le test sur la couronne a été mené avec succès, prouvant que de l'argent avait bien été mélangé. [37]

L'histoire de la couronne d'or n'apparaît nulle part dans les œuvres connues d'Archimède. L'aspect pratique de la méthode qu'il décrit a été remis en question en raison de l'extrême précision qui serait requise lors de la mesure du déplacement d'eau. [38] Archimède a peut-être plutôt cherché une solution qui appliquait le principe connu en hydrostatique sous le nom de principe d'Archimède, qu'il décrit dans son traité Sur les corps flottants. Ce principe stipule qu'un corps immergé dans un fluide subit une force de flottabilité égale au poids du fluide qu'il déplace. [39] En utilisant ce principe, il aurait été possible de comparer la densité de la couronne à celle de l'or pur en équilibrant la couronne sur une balance avec un échantillon de référence en or pur de même poids, puis en immergeant l'appareil dans l'eau. La différence de densité entre les deux échantillons ferait basculer la balance en conséquence. [40] Galileo Galilei, qui inventa en 1586 une balance hydrostatique pour peser les métaux dans l'air et l'eau inspirée des travaux d'Archimède, considérait qu'il était "probable que cette méthode soit la même que celle suivie par Archimède, car, en plus d'être très précise, elle est basé sur des démonstrations trouvées par Archimède lui-même." [41] [42]

Influence

Dans un texte du XIIe siècle intitulé Cartes claviculaires il y a des instructions sur la façon d'effectuer les pesées dans l'eau afin de calculer le pourcentage d'argent utilisé et de résoudre le problème. [43] [44] Le poème latin Carmen de ponderibus et mensuris du 4ème ou 5ème siècle décrit l'utilisation d'une balance hydrostatique pour résoudre le problème de la couronne, et attribue la méthode à Archimède. [43]

Vis d'Archimède

Une grande partie du travail d'Archimède en ingénierie est probablement née de la satisfaction des besoins de sa ville natale de Syracuse. L'écrivain grec Athénée de Naucratis a décrit comment le roi Hiéron II a chargé Archimède de concevoir un immense navire, le Syracuse, qui pourrait être utilisé pour les voyages de luxe, le transport de fournitures et comme navire de guerre. Les Syracuse est dit avoir été le plus grand navire construit dans l'antiquité classique. [45] Selon Athénée, il était capable de transporter 600 personnes et comprenait des décorations de jardin, un gymnase et un temple dédié à la déesse Aphrodite parmi ses installations. Puisqu'un navire de cette taille laisserait couler une quantité considérable d'eau à travers la coque, la vis d'Archimède a été prétendument développée afin d'éliminer l'eau de cale. La machine d'Archimède était un appareil avec une lame tournante en forme de vis à l'intérieur d'un cylindre. Il était tourné à la main et pouvait également être utilisé pour transférer l'eau d'un plan d'eau de faible altitude dans les canaux d'irrigation. La vis d'Archimède est encore utilisée aujourd'hui pour pomper des liquides et des solides granulés tels que le charbon et les céréales. La vis d'Archimède décrite à l'époque romaine par Vitruve était peut-être une amélioration d'une pompe à vis utilisée pour irriguer les jardins suspendus de Babylone. [46] [47] Le premier navire à vapeur au monde avec une hélice était le SS Archimède, qui a été lancé en 1839 et nommé en l'honneur d'Archimède et de son travail sur la vis. [48]

Griffe d'Archimède

La Griffe d'Archimède est une arme qu'il aurait conçue pour défendre la ville de Syracuse. Également connue sous le nom de « secoueur de navire », la griffe consistait en un bras en forme de grue auquel était suspendu un grand grappin en métal. Lorsque la griffe était larguée sur un navire attaquant, le bras se balançait vers le haut, soulevant le navire hors de l'eau et éventuellement le faisant couler. Il y a eu des expériences modernes pour tester la faisabilité de la griffe, et en 2005, un documentaire télévisé intitulé Super-armes du monde antique construit une version de la griffe et a conclu qu'il s'agissait d'un appareil fonctionnel. [49] [50]

Rayon de chaleur

Archimède peut avoir utilisé des miroirs agissant collectivement comme un réflecteur parabolique pour brûler les navires attaquant Syracuse. L'auteur du IIe siècle après JC, Lucian, a écrit que pendant le siège de Syracuse (vers 214-212 av. J.-C.), Archimède a détruit les navires ennemis par le feu. Des siècles plus tard, Anthemius de Tralles mentionne des verres ardents comme arme d'Archimède. [51] L'appareil, parfois appelé "rayon de chaleur d'Archimède", a été utilisé pour focaliser la lumière du soleil sur les navires qui approchaient, les faisant prendre feu. À l'ère moderne, des dispositifs similaires ont été construits et peuvent être appelés héliostat ou four solaire. [52]

Cette prétendue arme fait l'objet d'un débat permanent sur sa crédibilité depuis la Renaissance. René Descartes l'a rejeté comme faux, tandis que les chercheurs modernes ont tenté de recréer l'effet en utilisant uniquement les moyens qui auraient été à la disposition d'Archimède. [53] Il a été suggéré qu'un large éventail de boucliers en bronze ou en cuivre hautement polis agissant comme des miroirs aurait pu être utilisé pour concentrer la lumière du soleil sur un navire.

Essais modernes

Un test du rayon de chaleur d'Archimède a été réalisé en 1973 par le scientifique grec Ioannis Sakkas. L'expérience s'est déroulée sur la base navale de Skaramagas, à l'extérieur d'Athènes. À cette occasion, 70 miroirs ont été utilisés, chacun avec un revêtement en cuivre et une taille d'environ 5 pieds sur 3 (1,52 m × 0,91 m). Les miroirs étaient pointés sur une maquette en contreplaqué d'un navire de guerre romain à une distance d'environ 160 pieds (49 m). Lorsque les miroirs ont été focalisés avec précision, le navire a pris feu en quelques secondes. Le navire en contreplaqué avait une couche de peinture au goudron, ce qui a peut-être facilité la combustion. [54] Une couche de goudron aurait été monnaie courante sur les navires à l'époque classique. [b]

En octobre 2005, un groupe d'étudiants du Massachusetts Institute of Technology a réalisé une expérience avec 127 carreaux de miroir carré d'un pied (30 cm), axé sur une maquette de bateau en bois à une distance d'environ 100 pieds (30 m). Des flammes ont éclaté sur une partie du navire, mais seulement après que le ciel ait été sans nuages ​​et que le navire soit resté immobile pendant environ dix minutes. Il a été conclu que l'appareil était une arme réalisable dans ces conditions. Le groupe MIT a répété l'expérience pour l'émission de télévision MythBusters, utilisant un bateau de pêche en bois à San Francisco comme cible. Encore une fois, une certaine carbonisation s'est produite, ainsi qu'une petite quantité de flamme. Pour s'enflammer, le bois doit atteindre sa température d'auto-inflammation, qui est d'environ 300 °C (572 °F). [55] [56]

Lorsque MythBusters diffusé le résultat de l'expérience de San Francisco en janvier 2006, la revendication a été classée dans la catégorie « éclaté » (c'est-à-dire échoué) en raison de la durée et des conditions météorologiques idéales requises pour que la combustion se produise. Il a également été souligné que Syracuse faisant face à la mer vers l'est, la flotte romaine aurait dû attaquer dans la matinée pour une collecte optimale de la lumière par les miroirs. MythBusters a également souligné que des armes conventionnelles, telles que des flèches enflammées ou des boulons d'une catapulte, auraient été un moyen beaucoup plus facile de mettre le feu à un navire à courte distance. [57]

En décembre 2010, MythBusters a de nouveau examiné l'histoire du rayon de chaleur dans une édition spéciale intitulée « Défi du président ». Plusieurs expériences ont été menées, dont un test à grande échelle avec 500 écoliers pointant des miroirs sur une maquette d'un voilier romain distant de 400 pieds (120 m). Dans toutes les expériences, la voile n'a pas atteint les 210 °C (410 °F) requis pour prendre feu, et le verdict a de nouveau été « cassé ». L'émission a conclu qu'un effet plus probable des miroirs aurait été aveuglant, éblouissant ou distrayant l'équipage du navire. [58]

Levier

Alors qu'Archimède n'a pas inventé le levier, il a donné une explication du principe impliqué dans son travail Sur l'équilibre des plans. [59] Des descriptions antérieures du levier se trouvent dans l'école péripatéticienne des disciples d'Aristote et sont parfois attribuées à Archytas. [60] [61] According to Pappus of Alexandria, Archimedes' work on levers caused him to remark: "Give me a place to stand on, and I will move the Earth" (Greek: δῶς μοι πᾶ στῶ καὶ τὰν γᾶν κινάσω ). [62] Plutarch describes how Archimedes designed block-and-tackle pulley systems, allowing sailors to use the principle of leverage to lift objects that would otherwise have been too heavy to move. [63] Archimedes has also been credited with improving the power and accuracy of the catapult, and with inventing the odometer during the First Punic War. The odometer was described as a cart with a gear mechanism that dropped a ball into a container after each mile traveled. [64]

Astronomical instruments

Archimedes discusses astronomical measurements of the Earth, Sun, and Moon, as well as Aristarchus' heliocentric model of the universe, in the Sand-Reckoner. Despite a lack of trigonometry and a table of chords, Archimedes describes the procedure and instrument used to make observations (a straight rod with pegs or grooves), [65] [66] applies correction factors to these measurements, and finally gives the result in the form of upper and lower bounds to account for observational error. [25] Ptolemy, quoting Hipparchus, also references Archimedes's solstice observations in the Almageste. This would make Archimedes the first known Greek to have recorded multiple solstice dates and times in successive years. [26]

Cicero (106–43 BC) mentions Archimedes briefly in his dialogue, De re publica, which portrays a fictional conversation taking place in 129 BC. After the capture of Syracuse c. 212 BC, General Marcus Claudius Marcellus is said to have taken back to Rome two mechanisms, constructed by Archimedes and used as aids in astronomy, which showed the motion of the Sun, Moon and five planets. Cicero mentions similar mechanisms designed by Thales of Miletus and Eudoxus of Cnidus. The dialogue says that Marcellus kept one of the devices as his only personal loot from Syracuse, and donated the other to the Temple of Virtue in Rome. Marcellus' mechanism was demonstrated, according to Cicero, by Gaius Sulpicius Gallus to Lucius Furius Philus, who described it thus: [67] [68]

Hanc sphaeram Gallus cum moveret, fiebat ut soli luna totidem conversionibus in aere illo quot diebus in ipso caelo succederet, ex quo et in caelo sphaera solis fieret eadem illa defectio, et incideret luna tum in eam metam quae esset umbra terrae, cum sol e regione.

When Gallus moved the globe, it happened that the Moon followed the Sun by as many turns on that bronze contrivance as in the sky itself, from which also in the sky the Sun's globe became to have that same eclipse, and the Moon came then to that position which was its shadow on the Earth, when the Sun was in line.

This is a description of a planetarium or orrery. Pappus of Alexandria stated that Archimedes had written a manuscript (now lost) on the construction of these mechanisms entitled On Sphere-Making. [31] [69] Modern research in this area has been focused on the Antikythera mechanism, another device built c. 100 BC that was probably designed for the same purpose. [70] Constructing mechanisms of this kind would have required a sophisticated knowledge of differential gearing. [71] This was once thought to have been beyond the range of the technology available in ancient times, but the discovery of the Antikythera mechanism in 1902 has confirmed that devices of this kind were known to the ancient Greeks. [72] [73]

While he is often regarded as a designer of mechanical devices, Archimedes also made contributions to the field of mathematics. Plutarch wrote that Archimedes "placed his whole affection and ambition in those purer speculations where there can be no reference to the vulgar needs of life", [33] though some scholars believe this may be a mischaracterization. [74] [75] [76]

Method of exhaustion

Archimedes was able to use indivisibles (an early form of infinitesimals) in a way that is similar to modern integral calculus. [14] Through proof by contradiction (reductio ad absurdum), he could give answers to problems to an arbitrary degree of accuracy, while specifying the limits within which the answer lay. This technique is known as the method of exhaustion, and he employed it to approximate the areas of figures and the value of π.

Archimedean property

He also proved that the area of a circle was equal to π multiplied by the square of the radius of the circle ( π r 2 < extstyle pi r^<2>> ). Dans On the Sphere and Cylinder, Archimedes postulates that any magnitude when added to itself enough times will exceed any given magnitude. Today this is known as the Archimedean property of real numbers. [78]


Improved Artillery

As well as these two fantastical weapons, Archimedes was responsible for enhancing and improving the city’s artillery defences. The Romans were famed military engineers but even they were amazed by the number of rocks and arrows fired at them by the defenders.

Roman accounts state that the largest of these siege engines were capable of launching rocks as large as 318kg (700 pounds) in weight. Marcellus also reported another device that made it appear as if the city wall itself was firing out arrows and stones at the attackers. It is believed these were scorpions, a small version of ballistae that could fire through a narrow hole in the wall.


Archimedes’ Syracusia Ship & Noah’s Ark

Athenaeus (c. late 100’s into 200’s AD) was a very learned Greek writer and rhetorician. Le sien Deipnosophistae (Philosophers at Dinner) is a fascinating ancient survival containing the conversations of a group of Greek literate people invited to a banquet. They talk of culinary things and other historical and literary stories about outstanding people and events still living or who had lived centuries before their first century AD Greek banquet.One such topic was a ship called the Syracusia built c. 240 BC and designed by the famed Archimedes for King Hieron of Syracuse (died c. 215 BC). Archimedes (died c. 212 BC) was very famous in his time and, hands down, the greatest “Renaissance” man who ever lived.

CLIQUEZ ICI for article on the Archimedes’ Antikythera Mechanism

Athenaeus states he got all the information about this legendary ship from the writings of Moschion aka Machon: “Moschion writes as follows.” Deipnosophistae 5.3. Nothing by Moschion has survived the tramp of history. But it is, nevertheless considered to be an accurate description through Athenaeus of this most amazing ship in the ancient world. Presque.

Archimedes (left) had boasted to King Heiron that he could move anything, could solve any mechanical problems by principles he had discovered.

The King challenged him to build and to launch into the water the biggest and the best ship ever. After all, Archimedes had stated about the principle and power of the lever: “Give me a place to stand, and I shall move the earth.” (Pappus of Alexandria, 290-350 AD, Synagoge, Book VIII).

The great Greek mathematician and inventor was bathing either in his own bath or in the public baths when he discovered the Principle of Buoyancy (weight of displaced water=weight of object in air=weight of object in water).

According to ancient writers, he climbed out of his bath and ran, buck naked, through the streets of Syracuse yelling “EUREKA! EUREKA!!” “I HAVE FOUND IT! I HAVE FOUND IT!”

A statue of Archimedes in a bathtub demonstrates his aha moment about the principle of the buoyant force. Located at Madatech, Israel’s National Museum of Science, Technology and Space in Haifa. Credit: Andrii Zhezhera/Shutterstock

All of the “quotes” parts in this article will be from Athenaeus’ book Deipnosophistae 5.3.

Slaves and other very able men actually built the Syracusia, but it was “superintended by the mathematician Archimedes….timber was brought from Aetna, enough in quantity for the building of sixty quadriremes.” A quadrireme was c.115 feet long and 30 feet wide. Les Syracusia was about c. 361 feet long. The largest merchant ships at that time were c. 150 ft long. Notice in the following the description of efforts to get pitch for insulation and to prevent the hull from “biofouling,” to prevent the attachment of water fouling organisms rather than to remove them. They assembled:

“…hemp from Iberia for the cables, hemp and pitch from the river Rhone and all needful from many places…got together shipwrights and all other kinds of artisans…One half, then, of the entire ship he finished in six months…as each part of the ship was completed it was overlaid with tiling made of lead….This part of the ship, then, was ordered to be launched in the sea, that it might receive the finishing touches there. But after considerable discussion in regard to the method of pulling it into the water, Archimedes the mechanician alone was able to launch it with the help of a few persons. For by the construction of a windlass he was able to launch a ship of so great proportions in the water. Archimedes was the first to invent the construction of the windlass. The remaining parts of the ship were completed in another period of six months.” Archimedes’ windlass is still used today (below):

Windlass—“a type of winch used especially on ships to hoist anchors and haul on mooring lines and, especially formerly, to lower buckets into and hoist them up from wells.” Archimedes used his principle to launch the Syracusia from land into the sea.

Les Syracusisa was three decks high. ”Couch” was one of the length measures used (3 people on a standard Greco-Roman couch) in ancient times as one sees in the text. Now begins the description of what sounds like a modern first-class cruise ship:

“Now the ship was constructed to hold twenty banks of rowers, with three gangways. the lowest gangway which it contained led to cargo…the second deck was designed for the use of those (men and women passengers) who wished to enter the cabins after this came the third and last, which was for men posted under arms. Belonging to the second gangway were cabins for men ranged on each side of the ship, large enough for four couches (12 people), and numbering thirty. The officers’ cabin could hold fifteen couches (45 people) and contained three apartments of the size of three couches (9 people) that toward the stern was the cooks’ galley. All these rooms had a tessellated floor (mosaics) made of a variety of stones, in the pattern of which was wonderfully wrought the entire story of the Iliade.

Floor mosaic of “The first bath of Achilles” in the House of Theseus (100’s AD) in Paphos, Cyprus

The astonishing floor mosaics with scenes from Homer’s Iliade were in all the rooms reserved for passengers on the second floor deck of the Syracusia. Those mosaics are one of the first mentions in literature of an entire floor mosaic. It took 300 skilled artists one whole year to execute them.

Athenaeus continues: “On the level of the (3rd story) there were a gymnasium and promenades built on a scale proportionate to the size of the ship in these were garden-beds of every sort, luxuriant with plants and watered by lead tiles hidden from sight then there were bowers of white ivy and grape-vines, the roots of which got their nourishment in casks filled with earth, and receiving the same irrigation as the garden-beds.”

In 2009, Ambius was commissioned to create the world’s first “garden at sea” (below) aboard the world’s largest ship, Royal Caribbean’s Oasis of the Seas. But we know from the above text the 2009 Ambius creation of “a Garden on the Sea” was NOT the world’s first ship with a “Garden at Sea.”

“….Built next to these was a shrine to Aphrodite large enough to contain three couches , with a floor (mosaic) made of agate and other stones, the most beautiful kinds found in the island it had walls and ceiling of Cyprus-wood, and doors of ivory and fragrant cedar it was also most lavishly furnished with paintings and statues and drinking-vessels of every shape.

Adjoining the Aphrodite room was a library large enough for five couches (c.15 people), the walls and doors of which were made of boxwood it contained a collection of books, and on the ceiling was a concave dial made in imitation of the sun-dial on Achradina (a section in Syracuse).”

Syracusia’s Library was perhaps akin to this library on the modern cruise ship SeaDream

“….There was also a bathroom, of three-couch size, with three bronze tubs and a wash-stand of variegated Tauromenian marble, having a capacity of fifty gallons. (Our modern tubs hold c. 70 gallons of water.)…There were ten stalls for horses on each side of the ship and next them was the storage-place for the horses’ food, and the belongings of the riders and their slaves….There was also a water-tank at the bow, which was kept covered and had a capacity of twenty thousand gallons it was constructed of planks, caulked with pitch and covered with tarpaulins. By its side was built a fish-tank enclosed with lead and planks this was filled with sea-water, and many live fish were kept in it.….Outside the interior, a row of colossi, nine feet high, ran round the ship these supported the upper weight and the triglyph, all standing at proper intervals apart. And the whole ship was adorned with appropriate paintings.

There were also eight turrets on it (see below), of a size proportional to the weight of the ship….two cranes were made fast, and over them portholes were built, through which stones could be hurled at an enemy sailing underneath. Upon each of the turrets were mounted four sturdy men in full armor and two archers. The whole interior of the turrets was full of Saracen (handbows) and missiles.”Athenaeus: “A wall with battlements and decks athwart the ship was built on supports on this stood a stone-hurler, which could shoot by its own power a stone weighing one hundred and eighty pounds or a javelin eighteen feet long. This engine was constructed by Archimedes. Either one of these missiles could be hurled six hundred feet….There were four anchors of wood, eight of iron….The bilge-water, even when it became very deep, could easily be pumped out by one man with the aid of the screw, an invention of Archimedes.”

The Archimedes Screw (below), as it is called, is a machine for raising water or removing water from the hold of a large ship. Perhaps this previous sentence from Athenaeus’ book is when Archimedes first invented and used that screw?

This almost improbable ship for its time in ancient history could carry c. 1,940 passengers in addition to the 20 horses in addition to 200 soldiers and catapults in addition to the hardly believable amount of cargo it was carrying to Alexandria, Egypt in its hold: “On board were loaded:

  • 90,000 bushels of grain
  • 10,000 jars (amphorae) Sicilian salt-fish
  • 600 tons of wool
  • and other front amounting to 600 tons.”

Les Syracusia sailed from Syracuse to Alexandria, Egypt where it was presented as a gift to the Ptolemaic Pharaoh and named the Alexandrie.What must the royalty and wealthy who sailed on the Syracusia to Egypt have thought? Imagine they were as stunned by that ship as they were stunned by Egypt’s pyramids and Sphinx who were constructed several thousand years before Archimedes’ ship was even conceived.

Thousands of years previous to the Syracusia another 3-story ship was built—Noah’s Ark:

  • c. 450-500 ft. long
  • c. 75 ft. wide
  • c. 45 ft high
  • Cargo capacity c. 24,000 tons

Watch the Noah’s Ark video at the end of this article and come to your own conclusion as to which was the most amazing ship ever built in Antiquity—Syracusia ou la Ark.—Sandra Sweeny Argent


History Of Archimedes

Archimedes was born in Syracuse, and he was educated in Alexandria. He studied under the famous mathematician called Euclid. Archimedes is best known for the term eureka because he screamed eureka when he found the secret behind the relationship between pressure and mass. Eureka in Greek language means I found it.

A famous story suggests that the King Hieron of Syracuse had a deep suspicion that the crown he had ordered for himself from a goldsmith was not made out of pure gold. He then asked Archimedes to find out a way where he can measure the true value of the crown. Archimedes thought about it for a long time, but he did not find any solution. One day when he stepped into the bath he saw the water overflowing as he stepped in. He suddenly got the idea that by measuring the water that falls over when it is immersed in water, one can measure the weight of the object. So, he screamed eureka and started running on the streets of Syracuse naked. This was the most famous incident in Greece during Archimedes time.

Archimedes made several other inventions after he found out how to measure mass of a substance. He discovered how to measure surface and volume, and also how to decide what pi is. He also defined what the lever is, and how it works. In Egypt, he invented the hydraulic screw which brought the water from a lower to a higher level. After the Romans conquered Sicily, he brought several inventions like the catapult, and also a device that used mirrors to focus the sunlight and make fire.

Archimedes was killed in 212 BC during the sack of Syracuse by a Roman soldier. It is believed that he was 75 years old at that time.

Archimedes died in Syracuse in the 212 B.C. He was 75 years old at that time. Archimedes was killed by a Roman soldier during the siege of Syracuse. He is considered as one of the greatest scientists in the world who had discovered some of the greatest things which are still beneficial to mankind. Archimedes is best known for his mathematical contributions, for inventing the famous Archimedes screw, the magnifying glass and also the catapult the concepts of which is still used in modern warfare. Suite..


Guide of Syracuse, Italy

Syracuse was founded by Greek colonies in 734 B.C. The city grew at a rapid rate, giving life to a series of internal conflicts and creating the ideal atmosphere for tyranny.

In 485 B.C. Hieron, the first tyrant of Syracuse came to power. Through his policy of conquests and victories, the importance of Siracusa grew, making the city strong and famous as a ruling power. In spite of these conquests, however, the Syracusan people rebelled against tyranny and drove out his successor, the tyrant Gerone, and then set up a democracy (466 B.C.).

After fighting and beating the Athens fleet (413 B.C.), Siracusa then had to defend itself against the expansionist ambitions of another city, the powerful Carthage. The city placed itself under the protection of the tyrant Dionysius in order to survive and he then began a plan to fortify the city, which was completed by his successors.

Under the reign of Hieron II (269-215 B.C.) Syracuse enjoyed a period of peace and splendor, that was the last before the city lost its independence and liberty after it was conquered by the Roman Empire. Siracusa fell under Roman rule in 212 B.C., in spite of the strong contribution made to their battles by the war inventions created by the famous Archimedes. This was the beginning of the city&rsquos decline.

When the Roman Empire fell in 476 A.D., the city was at the mercy of other populations: in 493 was sacked by the Goths and then in 535 A.D. it was conquered by Belisarius and annexed to the Byzantine Empire.

In 878 the Arabs took over a large part of Eastern Sicily including Syracuse, and the city stayed in their hands for about 2 centuries.

The Byzantines took over from the Arabs for a brief period (1038) but they were soon replaced by the Normans (1081), who managed to hold onto power for more than a century.

In 1209 the Swabians ruled by Frederick II took over the city. After the Swabians it was the turn of the Spanish who occupied Syracuse in the 14th century and built several fortresses and defense walls around the city.

A tremendous earthquake shook the East of Sicily in 1693, including Syracuse and the other cities in the Val di Noto area. The city was completely rebuilt in the early decades of the eighteenth century and thus became one of the best examples of the Sicilian Baroque style together with the nearby Noto.

Between 1800 and 1900, Syracuse enjoyed a period of economic, urban and cultural expansion, greatly helped by the fact that it was annexed to the Kingdom of Italy (1870).


Archimedes’ Contribution to Mathematics

On his own, Archimedes continued to study geometry and science and the principles of mechanics and made such major contributions to these disciplines as an understanding of specific gravity, hydrostatics, and buoyancy along with ingenious everyday applications of the use of the lever and the pulley.

He created formulations for such mathematical accomplishments as a formula to measure the area of a circle. This was done using a system he created called using infinitesimals. This is quite similar to modern day integral calculus.

Archimedes also created a formula that enabled him to determine the volume of a solid or the volume of an item of irregular shape. Additionally, he was able to discover the precise value of pi and create a formula for determining the volume of a sphere. His formulas are still in use today.


When Was Archimedes Born ?

Archimedes was born in Syracuse in 290 B.C., and he lived up to 212 B.C. He was 75 years old when he died. In fact, he was murdered by a Roman soldier. Syracuse is today&rsquos Sicily and it was taken over by the Romans from the Greeks.

Archimedes was a renowned mathematician and he helped both the Greeks and the Romans with equal fervent.He studied under a very famous mathematician called Euclid. However, Archimedes ended up being more popular than Euclid because of his principles and inventions. Some of his inventions are used even today under the most modern circumstances, and also in technology. His equations are used for arriving at several conclusions that are considered as important calculations. The Archimedes principle forms the basis of several laws of physics.

He was the one who discovered that there was a relationship between surface and volume in a sphere. He invented a way to measure cylindrical object, and he invented the pi. He defined pi by giving it a value. He invented the hydraulic pump, which brought water from a lower level to a higher level, and he invented the Archimedes screw which was mainly used in boats those days. He gave the world the catapult which is used for modern warfare. The principle of the catapult is used in making several advanced weapons. He also invented the fire glass, which is known as the magnifying glass today. The fire glass channeled the rays of the sun in such a way that it could light a fire.

Archimedes is one of the most popular inventors known to people in the modern world. Everyone has studied the Archimedes principle in their school. He invented so many practical things. The Archimedes screw most probably is the greatest invention that is mentioned frequently. The screw is a common item of use even today. Suite..


Voir la vidéo: Lhistoire vraie du Eurêka! dArchimède - Armand DAngour